La passe-miroir (Livres 1, 2 et 3), Christelle Dabos (2013 – )


« Sous ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons, la jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel. »


J’ai entendu parler de La passe-miroir grâce à la vague d’euphorie que la série a déclenché sur la sphère Booktube. L’intrigue et l’univers étaient susceptibles de me plaire (sans parler des magnifiques illustrations sur les couvertures qui me laissaient bouche-bée d’admiration), et j’ai donc décidé de m’y mettre cet été.

La passe-miroir ne ressemble à rien de tout ce que j’ai pu lire. L’univers des Arches imaginé par l’autrice de bout en bout est présenté avec beaucoup de poésie et de finesse. Il est si justement développé que l’on s’y retrouve immergé comme un spectateur et non comme un personnage (vous voyez ce que je veux dire ?). J’entends par là que cette série ne m’a pas rendue accro comme certaines ont pu le faire, mais plutôt que j’en ai savouré chaque morceau comme avec un macaron.

J’ai adoré le personnage d’Ophélie qui me paraît très original en littérature et en même temps si commun car elle m’est proche.

Ophélie ressemble à première vue à ce que l’on peut appeler une nerd (traduction pour binoclarde ? intello ? Je ne sais pas…). Cachée derrière ses cheveux bouclés, ses grosses lunettes et sa lourde écharpe (vivante par ailleurs), elle est plutôt associable et passionnée par les vieux objets.

Je pense que, comme la plupart des affamés de lecture (ceux qui préfèrent lire un bon livre plutôt que d’aller à une soirée), c’est la présentation de ce personnage qui m’a le plus attirée. Elle est à la fois touchante et inspirante, car si elle se montre au début douce et réservée ; elle se dévoile par la suite également forte et déterminée. On suit sa progression dans un monde enchanté, plein de folie et de mystère, ses doutes et ses peurs se révèlent aussi être les nôtres ; elle nous pousse à rester fidèle à nous-mêmes quoi qu’il arrive pour pouvoir continuer à se regarder dans un miroir.

J’étais ravie que « l’histoire d’amour » déclencheuse des événements qui rythment le récit ne soit pas du tout romantique (je n’aime pas tellement les romances mielleuses et naïves). On parle ici bien de mariage forcé, d’antipathie, de craintes, de complots, le tout saupoudrés d’intérêts et de curiosité. Pas de niaiseries et de roucoulements !

Les personnages évoluent dans une machination qui régit leur destin. Ils se démènent pour leur propre intérêt, se révélant tour à tour allié ou traître dans une ambiguïté magistrale.

Les deux premiers livres se font suite avec une parfaite continuité tandis que le troisième s’en détache en nous ouvrant les portes sur un autre monde et d’autres manigances tout aussi génialement ficelés.

Le quatrième livre n’est pas encore sorti et il nous dévoilera très certainement un dénouement épique.

Je reste à l’affût avec patience, et vous ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s