Nausicaä de la vallée du vent, Hayao Miyazaki (1982-1994)


« Sur une terre envahie par une gigantesque forêt aux vapeurs mortelles, la princesse Nausicaä est l’héritière d’un royaume pacifique. Désireuse d’en savoir plus sur cette forêt, elle décide de l’étudier. Malheureusement, un vaisseau militaire d’un royaume voisin s’écrase dans sa vallée, libérant une créature jusque-là prisonnière. La guerre pour le contrôle de la forêt est sur le point de débuter… »


« J’ai passé la moitié de ma vie à essayer de résoudre le mystère de la mer de la décomposition, sans me rendre compte que la clé de l’énigme se trouvait en cette enfant juste sous mes yeux… »

J’avais tellement aimé le film d’animation Nausicaä de la vallée du vent que je m’étais dit que le manga ne pouvait être que moins bien. Quelle erreur !

Le manga ne comporte pas seulement l’histoire du film, il va beaucoup plus loin, que ce soit dans l’intrigue, les personnages, la profondeur des messages… La lecture est bien plus passionnante et bien plus violente.

Les images de combat et de mort sont assez choquantes et nous immergent dans cette atmosphère post-apocalyptique et apocalyptique où la nature retrouve ses droits au détriment des hommes. Mais Nausicaä de la vallée du vent, ce n’est pas seulement un livre sur la terre. On parle de relations humaines et de morales dans leurs aspects les plus doux comme les plus barbares. Dans tous les clans, les êtres humains sont poussés dans leurs retranchements et font ressortir le meilleur ou le pire d’eux-mêmes.

L’héroïne qui donne son nom au titre, Nausicaä, est une jeune princesse qui ne répond à aucun code et suis son instinct, son cœur pour toujours revenir à l’essentiel. Elle est un modèle de force et de courage, mais aussi de douceur et de compassion. Elle est celle que j’aimerai être dans une telle situation de danger de mort.

Chaque tome est tellement riche en images et en actions que je pense qu’il faudra que je les relise (avec plaisir) plusieurs fois pour bien tout comprendre. Il y a de nombreux clans, de nombreuses guerres, de nombreux enjeux et de nombreux personnages qui s’entrecroisent et s’entremêlent.

Au travers de Nausicaä, l’auteur fait passer un message si pur et impactant qu’il m’a profondément émue. On reste tenu en haleine tout au long de l’histoire avec des surprises et quelques larmes à attendre la fin qui ne semble qu’impossible ou funeste.

Après avoir lu le manga, je ne verrai plus jamais le film de la même façon. J’ai accroché un poster de Nausicaä dans ma chambre pour toujours me rappeler qu’il faut être forte pour prendre les meilleures décisions.

Je ne peux que vous en conseiller la lecture qui vous marquera forcément.

Prenons soin de notre planète déjà bien endommagée.

« À cette époque, les hommes avaient perdu jusqu’aux bienfaits de la mer. Car celle-ci était devenue la destination finale de tous les poisons et pollutions répandus à travers la planète toute entière. »

Est-ce que vous avez-vu le film ? Avez-vous lu le manga ? Quel est votre film préféré de Hayao Miyazaki ? Dites-moi tout ça en commentaire !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s