La Balade de Yaya, Jean-Marie Omont & Golo Zhao (2011-2015)

La Balade de Yaya c’est un bout de douceur de l’enfance dans la violence de la guerre. Deux enfants se rencontrent dans de mauvaises circonstances : l’une vient d’un quartier bourgeois et rêve de devenir pianiste, l’autre vient de la rue et doit tout faire pour protéger son petit frère.

La BD dépeint ces deux mondes pour les dissoudre dans le rapprochement de ces deux êtres. Face à la guerre et la misère, ils sont égaux dans un même combat pour la survie. Leur aventure pour retrouver les parents de Yaya est romantisée mais elle reste tout de même violente et conserve un caractère historique.

Les personnages de Yaya et Tuduo m’ont beaucoup émue en nouant une amitié très forte résistant à tous les dangers et les séparations. Yaya est une petite gâtée et naïve qui n’a jamais appris à se débrouiller seule. C’est son fort caractère qui lui permet de survivre puis son courage se développe et elle devient plus indépendante. Tuduo quant à lui a dû apprendre à vivre par ses propres moyens depuis son plus jeune âge, n’ayant plus de parents. Il est plus responsable et réfléchi, mais a également beaucoup souffert. C’est pourquoi Yaya lui apporte un réconfort et un rêve inespéré de sécurité. Ce duo complémentaire est profondément touchant car leur amitié, leurs peurs et leurs espoirs sont simples et purs. Leur innocence contraste avec la violence qui règnent tout autour d’eux mais leur bravoure (parfois plus forte que celles des adultes) leur permet d’avancer.

« – J’ai plus envie qu’on me frappe et je veux pas vivre dans la misère toute ma vie.

– Et tu crois qu’on est mieux, là ?

– C’est vrai, il fait froid et on a pas grand-chose à manger… Mais pendant toutes ces années, on a jamais eu le droit de jouer toi et moi. Et on est mieux parce qu’ici on est libres ! »

-Tuduo et un autre enfant ayant vécu la tyrannie de Zhu-

J’ai également beaucoup aimé le personnage de l’oiseau de Yaya, Pipo. C’est lui le narrateur de l’histoire et son humour ainsi que sa manière de raconter apporte une autre touche plus légère et enfantine à la BD.

Il y a des « méchants », mais aussi des personnages plus ambivalents qui tour à tour vont tester la naïveté et la bonté des deux enfants. Cela rend l’histoire plus réaliste qu’une vision manichéenne.

La Balade de Yaya est une BD qui se lie vite et qui m’a tenue en haleine tout du long. Les mésaventures de Yaya, Tuduo et Pipo sont très bien rythmées et m’ont fait ressentir pleins d’émotions, du rire à la tristesse en passant par la surprise. C’est une lecture légère mais qui prend au cœur en même temps.

Avez-vous lu la Balade de Yaya ? Qu’en avez-vous pensé ? Dites-moi tout en commentaire !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s