La mort du roi Tsongor, Laurent Gaudé (2002)


« Au cœur d’une Afrique ancestrale, le vieux Tsongor, roi de Massaba, souverain d’un empire immense, s’apprête à marier sa fille. Mais au jour des fiançailles, un deuxième prétendant surgit. La guerre éclate : c’est Troie assiégée, c’est Thèbes livrée à la haine. Le roi s’éteint mais ne peut reposer en paix dans sa cité dévastée. A son plus jeune fils, Souba, échoit la mission de parcourir le continent pour y construire sept tombeaux à l’image de ce que fut le vénéré – et aussi le haïssable – roi Tsongor.
Roman des origines, récit épique et initiatique, le nouveau livre de Laurent Gaudé déploie dans une langue enivrante les étendards de la bravoure, la flamboyante beauté des héros, mais aussi l’insidieuse révélation, en eux, de la défaite. Car en chacun doit s’accomplir, de quelque manière, l’apprentissage de la honte. Telle est en effet la vérité cachée, celle qui s’impose par-delà les élans du cœur et les lois du clan. Telle est peut-être l’essence même de la tragédie. »


Après avoir lu Danse, Morob et Et les collosses tomberont, j’ai continué ma découverte de l’écrivain Laurent Gaudé avec un roman cette fois-ci. Je pense que c’est un auteur que je continuerai de lire car quelque chose de très puissant se dégage de chacune de ses œuvres.

La mort du roi Tsongor est un récit de fiction ayant lieu dans des terres légendaires d’Afrique et pourtant on pourrait croire qu’il est vrai. Une nouvelle fois j’ai été entraînée dans une histoire qui me dépasse totalement, dans un contexte à l’opposé de nos modes de vie moderne. On parle ici de relations humaines et de spiritualité très profondes mais aussi de fierté, d’honneur et de violence extrêmes. Les voix qui ressortent des dialogues sont très profondes et majestueuses, à en couper le souffle.

On voit la famille du clan Tsongor qui s’aime et se déchire en même temps, des hommes pleins de haines et de ressentiments, et au milieu une femme, droite, fière et puissante. Car c’est une femme qui va déclencher la plus grande guerre de Massaba. Mais elle n’est pas un trophée à gagner, elle le sait bien, cette guerre va beaucoup plus loin. Chaque coup lancer, chaque phrase est impressionnante. « Impressionnant », c’est bien le mot que je retiendrai pour ce roman.

« Je n’ai rien voulu, pensait-elle, je n’ai fait qu’accepter ce que l’on m’offrait. Mon père me parlait de Kouame et avant même de le voir je l’ai aimé. Aujourd’hui mes frères se préparent à une bataille. Personne ne me demande rien. Je suis là. Immobile. Je contemple les collines. Je suis une Tsongor. Il est temps de vouloir. Moi aussi, je livrerai bataille. Ils sont deux à me réclamer comme un dû. Je ne suis due à personne. Il est temps de vouloir. De toutes mes forces. Et que celui qui s’oppose à mon choix soit mon ennemi. C’est la guerre. Le passé est revenu jusqu’à moi. J’ai donné ma parole à Sango Kerim. Est-ce que la parole de Samilia ne vaut rien ? Sango Kerim n’a rien d’autre que cela. Ma parole. A laquelle il s’est accroché durant toutes ces années. Il n’a pensé qu’à cela. Il est le seul à croire en Samilia et ils le traitent comme un ennemi. Oui, il est temps de vouloir. La guerre est là qui n’attend pas. »

Mais malgré les combats et la mort, il y a toujours de l’espoir, des relations qui les surpassent et survivent au temps. On découvre les paysages d’une Afrique majestueuse et inébranlable, ne tenant pas compte de la folie des hommes. C’est bien là que l’on retrouve un temps de pause, presque de paix.

Du début à la fin, ce roman de deux cents pages m’a tenue en haleine. C’est un récit épique, plein d’histoire, de fraternité, de bruits et de silences avec des tirades inoubliables. Je ne pense même pas que je voulais connaître la fin, mais plutôt prolonger le plaisir de la lecture. Il a reçu le prix Goncourt des Lycéens en 2002 et le mérite amplement.

Et vous, avez-vous envie de lire La mort du roi Tsongor ? Qu’en pensez-vous ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s