La Rose de Versailles (intégral 1), Riyoko Ikeda (1972-1973)


France, au printemps 1770, l’archiduchesse Marie-Antoinette, fille de l’impératrice d’Autriche Marie-Thérèse de Habsbourg, se marie à 14 ans avec un Bourbon, le futur Louis XVI. La dauphine est protégée à tout instant par le capitaine de la garde royale, Oscar François de Jarjayes, qui n’est autre que la fille cadette d’une respectable famille de soldats. Un jour, alors que Marie-Antoinette se rend à un bal masqué à l’opéra, elle y fait la rencontre d’un gentilhomme suédois, Axel de Fersen et en tombe amoureuse. Ils ont tous les trois 18 ans leur rencontre va, à jamais, bouleverser le cours de leur existence.


Cela faisait longtemps que La Rose de Versailles m’attirait à la médiathèque et j’ai décidé de sauter le pas récemment en découvrant les posts de Lemon June sur Instagram.

C’est un intégral assez impressionnant qui réunit 5 tomes, donc je l’ai lu en plusieurs fois. Je me souvenais vaguement de l’anime que j’ai pu regarder quand j’étais enfant bien que je n’aie pas vu tous les épisodes.

J’ai été assez surprise car j’ai découvert une atmosphère différente de mes souvenirs de l’anime. Loin d’être une simple histoire, je trouve que ce manga dépeint une grande fresque historique (très romancée bien sûr) avec de nombreux personnages et retournements de situation.

Ce premier intégral parcourt le début des années de règne de Marie-Antoinette à Versailles plutôt rapidement sur plus de dix ans. On voit les grandes étapes qu’elle a pu traverser, de son arrivée depuis l’Autriche à Versailles jusqu’à la naissance de ses enfants. Mais ce sont bien les dessous de cette royauté que nous explorons avec le personnage principal : Oscar François de Jarjayes.

Ce soldat est une femme mais elle a été élevée comme un garçon par son père. Cette ambiguïté rend le personnage d’Oscar très complexe et intéressant. Elle ne se considère pas comme un homme mais ne contredit jamais quiconque la prendrait pour tel. Elle joue de cette confusion auprès des gens même si l’on peut parfois sentir qu’elle regrette de ne pas réellement être un homme.

« Si j’étais un homme… Les choses seraient tellement plus simples ! »

Le Japon aime beaucoup ce thème de la confusion des genres et la mangaka Riyoko Ikeda l’applique très bien ici avec une direction moins utilisée : une femme qui ressemble à un homme. Cette comparaison apparaît généralement en défaveur des femmes, mais ici pas du tout. Oscar est forte et belle à la fois.

« Vous n’arrêtez pas de me dire que je suis une femme… Mais y en a-t-il un parmi vous qui soit meilleur que moi !? Alors !? Seriez vous tous des lâches ! Ou est-ce juste une question d’orgueil mal placé !? »

C’est un manga shojo donc il y a bien évidemment des histoires d’amour et de bons sentiments avec des tirades et des dessins très exagérés à tel point que certaines scènes en sont comiques. Les dessins datent un peu mais je trouve que c’est ce qui fait le charme de l’œuvre.

L’histoire avance rapidement donc il n’y a pas de moment où l’on s’ennuie. On est pris dans une aventure continue pleine de sentiments, de ragots et de mystères à la Downton Abbey. On découvre les coulisses de la cour couverte de richesses mais aussi du peuple qui vit dans la misère. On sent les prémices de la révolution qui arrive.

« Je n’aime vraiment pas les aristocrates… Ils sont étouffés par les titres et les règles… Et ils doivent vivre en oubliant qu’ils sont des êtres humains… »

J’ai trouvé cela très intéressant de redécouvrir cette histoire de la France réinterprétée dans un manga japonais. Il y a des apartés au début et à la fin du livre sur l’histoire du manga et sa réception au Japon. C’est un manga extrêmement populaire encore aujourd’hui qui a permis à beaucoup de jeunes femmes (principalement) de s’intéresser à la France, à sa culture et sa langue par le biais de cette histoire. Je trouve cela vraiment fascinant comme les livres et leur histoire peuvent rapprocher des cultures pour tant très éloignées.

J’ai hâte d’aller emprunter le deuxième intégral de cette série de trois, et de découvrir la suite de l’évolution de tous ces personnages (surtout que le premier se termine sur un bon suspens).

La Rose de Versailles est une lecture que je vous recommande vraiment si vous aimez les intrigues et les grandes histoires, les fresques sociales et les relations humaines.

Et vous, avez-vous envie de le lire ? Quel est le dernier manga que vous ayez lu ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s