Vol de nuit, Antoine de Saint-Exupéry (1931)


« Il aurait pu lutter encore, tenter sa chance : il n’y a pas de fatalité extérieure. Mais il y a une fatalité intérieure : vient une minute où l’on se découvre vulnérable ; alors les fautes vous attirent comme un vertige.

Et c’est à cette minute que luirent sur sa tête, dans une déchirure de la tempête, comme un appât mortel au fond d’une nasse, quelques étoiles.

Il jugea bien que c’était un piège : on voit trois étoiles dans un trou, on monte vers elles, ensuite on ne peut plus descendre, on reste là à mordre les étoiles…

Mais sa faim de lumière était telle qu’il monta. »


Parce que j’adore Le Petit Prince, j’ai toujours voulu lire d’autres œuvres d’Antoine de Saint-Exupéry. Aujourd’hui, c’est chose faite avec Vol de Nuit !

C’est un récit qui n’a rien à voir avec le Petit Prince, quoiqu’on y retrouve un peu de sa poésie.

Dans ce roman, l’auteur déclame son amour pour l’aviation. Ce n’est cependant pas une ode aux déclarations houleuses mais une histoire, un témoignage où transparaît dans chaque phrase un amour très profond.

J’ai lu ce livre de fiction comme un témoignage-documentaire où une tension palpable règne.

La vie d’un aviateur est difficile que ce soit au niveau des risques et du danger qu’au niveau personnel en s’éloignant des proches. Antoine de Saint-Exupéry transmet toutes ces émotions avec force car il les a lui-même vécues et connaît très bien ce milieu. Il s’inspire d’ailleurs de réelles connaissances dans l’écriture de ses personnages.

Le métier d’aviateur, c’est aussi la liberté. Une liberté enivrante qui résonne comme un appel.

« Il était pris dans une part de ciel inconnue et cachée comme la baie des îles bienheureuses. La tempête au-dessus de lui, formait un autre monde de trois mille mètres d’épaisseurs, parcouru de rafales, de trombes d’eau, d’éclairs, mais elle tournait vers les astres une face de cristal et de neige. »

J’ai beaucoup aimé le personnage de Rivière que je trouve très intéressant. Il n’est pas dans l’action et reste sur terre pour superviser. Il est fort et droit et il semblerait que rien ne l’atteigne de l’extérieur, pourtant il veille sur ses aviateurs comme sur ses propres fils. Je l’ai trouvé très touchant.

« Il leva les yeux vers les étoiles, qui luisaient sur la route étroite, presque effacées par les affiches lumineuses, et pensa : « Ce soir avec les deux courriers en vol, je suis responsable d’un ciel entier. Cette étoile est un signe, qui me cherche dans cette foule et qui me trouve : c’est pourquoi je me sens un peu étranger, un peu solitaire. » »

Vol de nuit est un roman très court où tout va vite et pourtant l’auteur semble ralentir le temps et le sublimer avec ses phrases très poignantes. J’ai passé un très bon moment de lecture qui fut bref mais fort et qui résonne avec beaucoup de poésie lorsque j’y repense.

Le livre prend une signification encore plus spéciale lorsque l’on sait qu’Antoine de Saint-Exupéry est mort disparu en vol…

Et vous, quelle est votre lecture du moment ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s