Danser les ombres, Laurent Gaudé (2015)


« En ce matin de janvier, la jeune Lucine arrive de Jacmel à Port-au-Prince pour y annoncer un décès. Très vite, dans cette ville où elle a connu les heures glorieuses et sombres des manifestations étudiantes quelques années plus tôt, elle sait qu’elle ne partira plus, qu’elle est revenue construire ici l’avenir qui l’attendait.
Hébergée dans une ancienne maison close, elle fait la connaissance d’un groupe d’amis qui se réunit chaque semaine pour de longues parties de dominos. Dans la cour sous les arbres, dans la douceur du temps tranquille, quelque chose frémit qui pourrait être le bonheur, qui donne l’envie d’aimer et d’accomplir sa vie. Mais, le lendemain, la terre qui tremble redistribue les cartes de toute existence… »


Après avoir lu et adoré La mort du Roi Tsongor, je continue ma découverte de l’œuvre de Laurent Gaudé avec un autre de ses romans : Danser les ombres.

J’ai un peu moins apprécié ma lecture mais elle reste tout de même très marquante. Ce roman est un récit fictionnel ayant pour fond le tremblement de terre d’Haïti en 2010. On y retrouve la pauvreté et la détresse du pays qui sévissent toujours aujourd’hui mais aussi et surtout sa culture.

Si la première moitié du roman ne m’a pas passionnée, la deuxième m’a bouleversée. J’ai eu en effet du mal à rentrer dans l’histoire au début, car il y avait de trop nombreux personnages dont j’oubliais les noms et le récit passait très rapidement de l’histoire de l’un à l’histoire des autres pour que je puisse réellement me plonger dedans. On découvre la culture des haïtiens et plus particulièrement leur rapport à la mort très mystique, ce qui rendait l’histoire encore plus floue et intangible pour moi.

Au fur et à mesure des pages j’ai commencé à comprendre qui était qui et à m’attacher à quelques personnages. Puis survient l’élément déclencheur : le tremblement de terre.

La lecture des descriptions de l’auteur me faisait l’impression d’y être avec une atmosphère pleine de tensions, d’incertitudes, de saletés, de chaleur et de froid. J’étais mal à l’aise quand je lisais et pourtant je ne pouvais m’empêcher de tourner les pages pour savoir comment les personnages allaient s’en sortir et surtout s’ils allaient s’en sortir. Ce fut une belle claque qui remet les idées en place, montrant à quel point l’homme, malgré tous les progrès qu’il a pu faire, reste petit et impuissant face à la force écrasante de la terre.

Ce rapport à la mort qui me semblait très confus au début du roman pris alors tout son sens et se révèle dans toute sa puissance lors d’une marche des vivants et des morts que je ne suis pas prête d’oublier. La vie et la mort se confondent pour mieux se séparer dans un suspens déchirant.

Encore une fois, l’écriture de Laurent Gaudé m’a prise aux tripes en m’apprenant quelque chose et j’ai vraiment hâte d’être de nouveau remuée par le reste de son œuvre.

Avez-vous des livres de Laurent Gaudé à me conseiller ? Avez-vous envie de le lire aussi ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s